Agenda

<< Juin 2017 >>
lmmjvsd
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2
Les pôles de compétitivité

Missions récentes

LA RUSSIE A PARIS  / ACCUEIL D’UNE DELEGATION RUSSE D’INTERATOMENERGO – CHALON-SUR-SAÔNE – 03 Octobre 2013

Pour la première fois de son histoire Nuclear Valley a reçu une délégation venue tout droit de Russie. En effet des experts russes, membres d’INTERATOMENERGO, ont passé une semaine à Chalon-sur-Saône. Le PNB et certains de ses membres ont été impliqués durant la majeure partie de ce séjour.

INTERATOMENERGO est un groupement d’industriels russes fondé après la catastrophe de Tchernobyl dans le but non seulement d’améliorer les technologies et la sûreté des installations mais également de nouer des liens avec les autres pays. Présidé par M. G. VERETENNIKOV, INTERATOMENERGO regroupe l’ensemble des entités de ROSATOM ainsi que plusieurs fabricants de composants étrangers dont la société VELAN, membre du PNB. Cette dernière est par ailleurs à l’origine de cette mission d’INTERATOMERGO sur les terres Chalonnaises.

La séance plénière qui s’est tenue à la CCI de Chalon-sur-Saône le 3 octobre dernier a permis de faire plus ample connaissance avec INTERATOMENERGO et a donné lieu aux premiers échanges entre les experts russes et les membres du pôle ayant participé à cet évènement. CLM INDUSTRIE, ANVIS GROUP, CNIM, NUVIA, ONET TECHNOLOGIES, AREVA INTERCONTROLE, EDF et NFM étaient présents.

Le lendemain, la délégation russe a pu visiter les locaux du CETIC ainsi que quelques ateliers du site d’ARCELOR MITTAL INDUSTEEL. Ces experts ont eu l’occasion de mieux appréhender le savoir-faire des acteurs de la filière nucléaire bourguignonne.

Visite délégation russe CETIC

JOURNEE UBI FRANCE / ROSATOM – Paris – 06 Juin 2013

Le marché russe du nucléaire s’établit sur la base (environ) de 50 réacteurs en 20 ans (30 sur le marché intérieur russe, 20 pour le marché de l’exportation). 200 industriels (PME / ETI / Groupes – hors « Grands » du type AREVA) peuvent être concernés par ces marchés, dont une estimation globale serait de l’ordre de 50 M d’euros. Les Russes souhaitent : réduire les coûts, réduire les arrêts de tranche (beaucoup trop fréquents, maintenance élevée, etc.),  améliorer la sûreté, simplifier les marchés et leurs règles d’attribution et standardiser leurs produits (Références ‘Catalogue’). Les produits français ont donc de fortes chances de pouvoir être retenus. Quatre grands postes seraient très appréciés (et recherchés) : turbines et pièces connexes, vannes et corps de vannes, pièces complexes, contrôle commande, systèmes de sûreté, capteurs, solutions informatiques.

SÉMINAIRE PARLEMENTAIRE ‘LE PROGRAMME NUCLÉAIRE POLONAIS ET L’EXPÉRIENCE FRANÇAISE’ – Pologne (Varsovie) – 13 à & 15 Mai 2013

La Pologne souhaite se doter d’un programme de développement de l’énergie nucléaire. Dans cette perspective, la Commission de l’Economie Nationale du Sénat a organisé le 4 juin 2013, en coopération avec le Service Economique Régional de l’Ambassade de France à Varsovie, une journée d’information et d’échanges à destination des parlementaires polonais. Une délégation française (DGEC, CEA, OPECST, PBN) emmenée par Mr Jean-Yves LE DEAUT (Premier Vice-président de l’OPECST*) a ainsi pu présenter la façon dans le programme nucléaire a été mis en œuvre en France. Afin de réduire la dépendance énergétique du pays, diversifier les sources d’approvisionnement et diminuer la production de CO2, le gouvernement polonais a annoncé en 2009 sa volonté de construire 2 centrales nucléaires de 3000 MW chacune, pour une mise en service de la première centrale à l’horizon 2025. Lors de ce Séminaire Parlementaire, Amédéo MANTOVAN (PNB) est intervenu plus particulièrement sur le thème « Impact de la filière nucléaire sur l’emploi et le développement d’un tissu de PME ».

SAVOIR -FAIRE FRANÇAIS DANS LE NUCLÉAIRE – ARABIE SAOUDITE – Ryiad et Al Khobar – 13 à & 15 Mai 2013

L’Arabie Saoudite va rejoindre le club des pays nucléaires. Elle a ratifié l’accord nucléaire bilatéral avec la France (1er Pays Fournisseur signataire), en 2012. Avec 17,6 GW prévus d’ici 2032, pour un budget évalué à plus de 100 Mds USD, elle constitue l’un des plus gros marchés mondiaux des 2 prochaines décennies. Le pays connait une croissance de 7 % par an, qui lui impose de doubler sa production d’électricité tous les dix ans. Elle est aujourd’hui de 30 000 MW environ. Les 16 réacteurs envisagés ne représenteraient que 25% de la capacité électrique saoudienne en 2030, le reste étant assuré par le gaz et certainement l’énergie solaire. Les industriels français devraient pouvoir tirer leur épingle du jeu. L’Arabie Saoudite prévoit environ 5 milliards d’euros par réacteur, ce qui correspond à des unités de forte puissance de 1 500 MW et plus.

FRANCO-BRITISH ‘UK NUCLEAR NEW BUILD SUPPLIER DAY’ – Paris – 12 Février 2013

La Journée du 12.02, organisée par UKTI (UK TRADE & INVESTMENT) à la Résidence de l’Ambassadeur de Grande Bretagne à Paris, a regroupé à elle plus de 200 personnes dont divers industriels (Ingénierie, Fabricants, Equipementiers) français et anglais intéressés au premier chef par le (New Nuclear Build).Ce Supplier Day avait le double objectif de présenter l’état d’avancement du programme britannique, et de générer des partenariats et d’entretenir les relationnels déjà existants par le biais de nombreux BtoB qui se sont enchaînés durant tout l’après-midi. M. Henri HERKELMANN (Directeur exécutif, EDF ENERGY, NNB) a rappelé les grandes lignes du programme (8 réacteurs visés, dont 2 EPR « escomptés », pour une puissance totale de 60 Térawatts). Il a également mentionné les principales actions menées – notamment par les Britanniques et EDF ENERGY – en 2012 (Enseignements liés à Post-Fukushima, confirmation de la localisation des sites, et des designs retenus, dépôt du permis de construire).

SALON ENC MANCHESTER – 10-12 Décembre 2012

Le PNB (le Pôle de l’Industrie Nucléaire) et l’International Nuclear Academy ont participé activement au Salon ENC qui s’est tenu à Manchester du 9 au 12 Décembre 2012.

Le stand commun PNB/INA faisait également office d’espace pour les adhérents du Pôle de l’Industrie Nucléaire afin qu’ils puissent : se faire connaître des acteurs britanniques, planifier leurs rendez-vous d’affaires, rencontrer des partenaires potentiels au regard bien sûr des opportunités générées par le « Nuclear New Build » programme.

Salon ENC MANCHESTER stand-salon-enc-manchester-2012

Cette édition 2012 de l’ENC a été marquée par une forte participation des entreprises françaises venues en nombre à l’initiative du CSFN (Comité Stratégique de Filière Nucléaire). En effet, une vingtaine d’entre elles avaient répondu présentes et avaient réservé un espace sous la bannière « The French Nuclear Industry ». ENC 2012 a donc montré, s’il en était besoin, la capacité de la filière à se mobiliser à l’international.

MISSION PNB/UBI FRANCE ‘FINLANDE’ – 13 et 14 Novembre 2012

Du 13 au 15 novembre 2012, une délégation de 13 personnes représentant L’Union des Forgerons, LUFKIN, DCNS, Valinox Nucléaire, L’International Nuclear Academy, APAVE, Valtimet et REEL, ont participé à la mission d’affaires en Finlande organisée par le PNB.

Ce pays de 5 millions d’habitants est l’un des plus « nucléarisé » si l’on considère le nombre de réacteurs (i.e. 4 + 1 en construction) rapporté au nombre d’habitants. La part de nucléaire représente aujourd’hui 1/3 de la production électrique finlandaise. La Finlande souhaite augmenter cette part et projette la construction de 2 nouvelles tranches supplémentaires d’ici à 2020.

La mission organisée par le PNB avait pour but de positionner la France comme partenaire privilégié sur les programmes neufs à venir.

Au cours des 3 jours, les participants ont pu découvrir les spécificités du marché finlandais et ses acteurs, l’état d’avancement des projets en cours (projets OL4 et HA1).

L’une des particularités de la Finlande est que les opérateurs TVO et Fennovoima, respectivement porteur des projets OL4 et HA1, sont des sociétés privées reposant sur le principe Mankala c’est-à-dire destinées à fournir de l’électricité à prix coutant à leurs actionnaires (industriels de la métallurgie, de l’industrie forestière, provinces et agglomération finlandaises).

La deuxième particularité est l’existence d’un décret finlandais interdisant l’importation et l’exportation de tout déchet nucléaire. La Finlande a donc développé très tôt, un programme de recherche pour la gestion et le stockage de ses déchets.

Les participants à la mission ont pu visiter les principaux sites nucléaires finlandais :

  • La centrale d’Olkiluoto à l’Est du pays est exploitée par l’électricien TVO. Outre l’EPR en cours de construction, elle compte 2 réacteurs bouillants (type BWR) construits à la fin des années 70. Les membres de la délégation ont pu prendre la mesure du chantier OL3 (mobilisant jusqu’à 5000 personnes dans les périodes de pic). Le terrain destiné à accueillir le projet OL4 est quant à lui déjà en cours de préparation.
  • Le centre de formation pour le contrôle commande de l’EPR.
  • Le site de stockage souterrain d’Onkalo situé à proximité de la centrale d’Olkiluoto et destiné à recevoir les déchets de faible et moyenne activité, et à terme le combustible usé des centrales finlandaises.
  • La centrale de Loviisa, située à 80 km à l’Ouest d’Helsinki, est exploitée par FORTUM. Elle comporte 2 réacteurs à eau pressurisée de technologie russe (type VVER) mises en service en 1977 et 1980.

Visite du centre de stockage d’Onkalo

Visite du centre de stockage d’Onkalo

Centrale d’Olkiluoto

Centrale d’Olkiluoto

La mission a été également l’occasion pour les participants de rencontrer les différents acteurs de la filière nucléaire finlandaise : les opérateurs (TVO, Fortum, Fennovoima, Posiva), les clusters d’entreprises (FinNuclear, Prizztech) et leurs membres (une quinzaine d’entreprises finlandaises avait répondu présent pour les rendez-vous BtoB), les acteurs français présents sur place (AREVA, ALSTOM, UBIFRANCE).

Concernant l’état d’avancement des futurs projets, OL4 semble être le projet le plus avancé. Le choix de la technologie devrait intervenir pour mi-2013. L’expérience acquise sur le chantier OL3, la qualification de l’EPR par le STUK : l’Autorité de Sureté Finlandaise, considérée comme l’une des plus strictes au monde et enfin la logique ne pas multiplier les technologies devrait peser en faveur de la technologie française.

Le projet HA1 est à horizon un peu plus lointain mais le processus suit son court malgré le retrait annoncé d’EON au capital de Fennovoima. Le choix de la technologie devrait intervenir en 2014-2015. Là aussi la candidature de l’EPR a toutes ses chances.

La Finlande constitue donc un marché prometteur à court terme pour la filière nucléaire française. De telles missions sont le moyen de consolider les relations franco-finlandaises par rapport à une concurrence de plus en plus présente.

ACCUEIL D’UNE DÉLÉGATION FINLANDAISE – 13  et 15 Mars 2012

Délégation Finlandaise SMST - Site de Montbard

Délégation Finlandaise
SMST – Site de Montbard

Depuis désormais plusieurs années, la Finlande a l’expérience et la motivation nécessaires en termes de projets d’installations nucléaires : projet en cours OL3, nouvelles unités en vue (HA1, OL4), proximité avec des pays ayant leurs propres plans nucléaires, expérience opérationnelle en conduite de chantiers. 800 sociétés finlandaises (Projet OL3) et plus de 1000 (Installations existantes) sont impliquées dans le secteur nucléaire finlandais. Des conférences portant sur les codes et normes nucléaires ont aussi été présentées dans le cadre de cette mission. Une séance de travail BtoB s’est tenue en présence d’un panel de membres du PNB (FLÄKT SOLYVENT VENTEC, SEGULA TECHNOLOGIES, CLM INDUSTRIE, NUVIA, LUZIESA EXCELDEF, BOCCARD).

 

LES RENCONTRES D’AFFAIRES DANS LE SECTEUR NUCLÉAIRE BRITANNIQUE – Londres – 20 et 21 juin 2011

French Nuclear Suppliers Day Institute of Directors - London

French Nuclear Suppliers Day

En accord avec sa politique internationale qui cible le développement de partenariats avec la Grande-Bretagne notamment, le PNB s’est associé à UBIFRANCE, à la Mission Economique de Londres et au GIIN pour l’organisation des rencontres d’affaires dans le secteur nucléaire au Royaume-Uni.

 

 

 

 

POWERGEN EUROPE – Milan – 07-09 Juin 2011

POWERGEN MILAN 2011 - Pavillon de France

POWERGEN MILAN 2011 – Pavillon de France

Cet événement a rassemblé avec succès le secteur des Energies Renouvelables et celui de l’Industrie Nucléaire : la barre des 600 exposants a été franchie, dont 80 (environ) pour le seul secteur du Nucléaire. Le Salon a accueilli près de 15 000 visiteurs. Le PNB – ainsi qu’une 10 d’adhérents – étaient présent (Stands).

 

 

 

 

CONFÉRENCE FRANCO-BRITANNIQUE  – RÉSIDENCE DE L’AMBASSADEUR DE GRANDE-BRETAGNE A PARIS – 14 Mars 2011

Dans le cadre des relations étroites entretenues entre la France et la Grande-Bretagne, United Kingdom Trade & Investment Association (UKTI) a organisé une conférence franco-britannique à Paris, à laquelle le PNB a participé. Cette manifestation a réuni environ une cinquantaine d’entreprises de part et d’autre, soit un total de 200 participants environ (industriels britanniques, acteurs français opérant dans le secteur nucléaire, aussi bien grands groupes que PME, agences de développement britanniques, consultants).

PRÉSENTATION DU PNB A UNE DÉLÉGATION SUD-AFRICAINE – 22 février 2011

Les responsables d’EDF et d’Areva en République Sud-Africaine ont accompagné une délégation de syndicalistes sud-africains en France ce pays relance ses réflexions dans un programme nucléaire de 9600 MW. Le PNB et l’INA ont présenté les compétences du territoire bourguignon et l’intérêt pour les entreprises et de leurs salariés de participer à un programme nucléaire.