Agenda

<< Oct 2019 >>
lmmjvsd
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
Les pôles de compétitivité

Actualités

Le FDEN réalise son premier investissement chez SITES

Posté le : 11/06/2015 dans : Actualités, Adhérents

Étiquettes : ,

sites_petitLancé début 2013, le FDEN entre au capital de cette PME spécialisée dans le monitoring des grands ouvrages. Bpifrance a annoncé le premier investissement du Fonds de Développement des Entreprises Nucléaires (FDEN), avec une entrée à hauteur de près de 20 % au capital de Sites, une PME spécialisée dans le monitoring des grands ouvrages, notamment des centrales nucléaires.

Le fonds de capital-développement, doté de 133 millions d’euros avec l’apport des grands groupes du secteur (EDF, Alstom, Eiffage, Vinci…), avait été officiellement lancé début 2013, à l’occasion d’un comité stratégique de la filière nucléaire. « La création effective du fonds a eu lieu début 2014 et la première année a été consacrée à la constitution de l’équipe, à la connaissance de la filière et à un travail intense de prospection », explique Jacques Solleau, directeur des Fonds filières de Bpifrance. L’intervention en fonds propres ou en quasi-fonds propres est modulable : entre 4 et 13 millions pour les investissements les plus importants – c’est le cas pour Sites – ou entre 1 et 4 millions d’euros pour les opérations plus petites. A partir d’un « mapping » des sous-traitants réalisé par la profession, environ 250 entreprises ont été identifiées comme indépendantes des grands groupes et travaillant « significativement » pour le nucléaire civil (au moins 10 à 20 % de leur activité). Des « contacts approfondis » ont été pris avec une soixantaine d’entre elles.

Pour Sites, l’objectif de l’investissement « patient » de Bpifrance est de transformer la PME (18 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013 et 1,4 million de résultat net) en entreprise de taille intermédiaire. La société, qui a débuté son activité il y a trente ans dans le nucléaire, se développe bien au-delà de ce secteur, avec par exemple le monitoring du viaduc de Millau ou de la pyramide du Louvre. Elle est aussi présente en Chine et en Afrique du Sud. L’arrivée de Bpifrance, qui prend « une part minoritaire significative » du capital, coïncide avec la montée au capital de dirigeants. Après cette intervention, « nous travaillons sur 5 à 6 dossiers de manière très active, avec l’objectif de boucler une opération pour la moitié d’entre eux d’ici à la fin de l’année. Mais ce sont des opérations longues qu’il ne faut pas précipiter », explique Jacques Solleau. 

Article : Véronique Le Billon, Les Echos

Suivez Nuclear Valley sur les réseaux sociaux