Agenda

<< Jan 2022 >>
lmmjvsd
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
Les pôles de compétitivité

Actualités

En collaboration avec Nuclear Valley, EDF conduit une réflexion sur le partage des Plannings de Fabrication

Posté le : 13/12/2021 dans : Actualités, Filière

Étiquettes : , ,

Cet atelier sinscrit dans le cadre dun programme pluriannuel visant à accompagner lensemble des acteurs industriels de la filière nucléaire dans une démarche damélioration de la maîtrise des fabrications et de la réglementation et de renforcement des compétences.

En 2020, EDF a mandaté Nuclear Valley pour une nouvelle phase de ce programme. Un premier atelier a déjà été réalisé avec des laboratoires sur la fiabilisation et la sécurisation des données. Cet atelier a été présenté dans la première édition de la Newsletter dédiée à la Maitrise des Fabrications.

Un atelier en entreprise étendue animé par Nuclear Valley

Réunion - ESPNPour le deuxième atelier, EDF a proposé de s’inscrire dans le cadre du programme SWITCH piloté par la Direction Industrielle d’EDF qui adresse un des volets du plan EXCELL. Un des objectifs de SWITCH est de redéfinir les modes de fonctionnement appliqués à la maitrise des fabrications en mettant en place de nouveaux processus d’entreprise supportés par des outils digitaux. L’approche d’entreprise étendue permet d’intégrer le donneur d’ordre et les différents maillons de la chaine de sous-traitance.

Plus précisément, le thème retenu par EDF est le partage des plannings de fabrication. Ce partage doit permettre une meilleure adhérence au planning de référence ainsi qu’une optimisation de la surveillance des fabrications. Des cas tests réalisés dans le cadre du projet Hinkley Point C ont mis en évidence que ce partage pouvait apporter des gains significatifs dans la gestion des opérations de surveillance.

Nuclear Valley s’est vu confier la mission d’organiser et d’animer un travail collaboratif avec des acteurs industriels de la filière nucléaire afin de :

  • Rechercher les leviers et les conditions d’adhésion au concept de partage des plannings de fabrication,
  • Définir les modalités et conditions du processus de partage,
  • Définir les évolutions à apporter dans la relation entre les donneurs d’ordres et les industriels. `

Nuclear Valley s’est appuyé sur ses membres pour bâtir un panel d’une douzaine d’industriels représentatifs de la diversité de la filière nucléaire : métier, taille, positionnement dans la chaine de sous-traitance, …

Pourquoi et comment partager les plannings de fabrication ?

Fort de l’expérience acquise lors du premier atelier dans le contexte des mesures sanitaires liées à la Covid, le choix a été fait de démarrer l’atelier à distance en utilisant une plateforme web dédiée aux activités collaboratives à distance avec les moyens de communication associés. 3 séances ont été ainsi réalisées à distance, avant de se retrouver lors d’une session d’une journée sur le site de Chalon-sur-Saône en juillet dans le respect des règles sanitaires.

En préambule, les industriels ont partagé leurs pratiques respectives afin d’aligner leur compréhension du planning de fabrication. L’étape suivante a permis de dégager les principales attentes des industriels d’un partage des plannings de fabrication qui sont :

1) Une optimisation des opérations d’inspection

2) La construction d’une relation de confiance avec le donneur d’ordres se basant sur plus de transparence et de visibilité.

Mais un tel partage ne se fait pas sans réticence et sans précaution. Un risque est de voir ces plannings de fabrication alimenter des contentieux. Un autre est d’avoir à fournir des efforts importants pour maintenir le planning et pour traiter de nombreuses. Le groupe a donc travaillé dans le but de réduire ces risques en définissant des modalités pratiques appropriées et acceptables pour le partage des plannings de fabrication. Un consensus a notamment été trouvé sur le processus et format d’échange, sur la fréquence de mise à jour et sur le niveau de détails en s’alignant sur les activités qui font déjà l’objet d’un suivi des fabrications.

Sur le plan contractuel, les industriels ont réaffirmé quelques règles à respecter et ont suggéré d’encourager la pratique des « early warnings » appliquée sur le projet HPC et bénéficiant d’un bon retour d’expérience. Le principe est de générer une alerte le plus tôt possible en cas d’événement impactant le planning et de consacrer les premiers efforts à la recherche de solutions pour réduire le retard ou mitiger les conséquences. Le traitement contractuel est fait dans un deuxième temps. Cette pratique pourrait donc être plus largement déployée sachant qu’elle nécessite un vrai changement culturel de part et d’autre, et en développant des relations basées sur la confiance s’inscrivant dans la durée (approche type partenariat).

Les propositions des industriels

Usine - ESPNPour en venir maintenant à la principale attente des industriels, les échanges ont porté sur des changements à apporter dans le suivi des fabrications et des pratiques d’inspection associées. La visibilité donnée par les industriels sur l’avancement des fabrications doit permettre de réduire le nombre de points de notifications dont une partie importante sert aujourd’hui à faire du contrôle d’avancement. Des propositions ont été faites à EDF pour gagner en efficacité et en fluidité dans les flux de fabrication sans remettre en cause la mission de la surveillance dans la vérification de la conformité des fabrications :

  • Réduire le délai de convocation ou de prévenance,
  • Disposer du programme de surveillance client le plus tôt possible avec les inspections qui seront à priori réalisées,
  • Avoir une réponse systématique sur la présence ou non de l’inspecteur pour toutes les notifications.

En conclusion

Le thème proposé a, d’entrée, suscité un fort intérêt chez les industriels. Gagner en fluidité dans les processus de fabrication en échange d’une visibilité accrue du donneur d’ordre sur les plannings de fabrication est une approche attractive mais qui soulève aussi bien des questions. Les participants ont fait émerger des réponses à ces questions et recherché les leviers pour atteindre les attentes affichées de part et d’autre. La qualité des échanges et l’implications des participants à l’atelier sont à souligner et contribue à la pertinence des propositions.

EDF dispose aujourd’hui d’une base consensuelle pour organiser pratiquement le partage des plannings de fabrication et de propositions concrètes pour construire et mettre en place le partage et les mesures d’accompagnement. Le dialogue doit se poursuivre dans les instances représentatives de la filière nucléaire et en particulier avec le GIFEN pour aller vers une harmonisation des pratiques entre grands donneurs d’ordres, que les industriels considèrent comme nécessaire.

Nuclear Valley est ici en plein dans son rôle d’accompagnement de ses adhérents, et plus largement de l’industrie nucléaire, pour contribuer au renforcement de la compétitivité de la filière. En étant au cœur du tissu industriel nucléaire, Nuclear Valley dispose d’une forte légitimité pour animer ces ateliers collaboratifs et favoriser le dialogue entre les acteurs de la filière.

 

Suivez Nuclear Valley sur les réseaux sociaux