Agenda

<< Déc 2020 >>
lmmjvsd
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
Les pôles de compétitivité

Actualités

Pari gagné pour le projet CONNEXION

Posté le : 26/09/2016 dans : Actualités archivées, Archives, Archives 2016

Connexion_100Le 15 septembre s’est déroulé un séminaire pour la clôture du projet « CONNEXION ».

Ce projet de 36M€, labélisé par le PNB, avait été présenté à l’Appel à projets « Briques Génériques du Logiciel Embarqué » financé par les Investissements d’avenir et le Fonds National pour la Société Numérique à la deadline de novembre 2011.

Le cluster CONNEXION est un programme de recherche dans la conception et la réalisation des systèmes de contrôle-commande des centrales nucléaires contribuant à maintenir l’avance technologique de l’industrie française nucléaire et sa cohérence d’ensemble, conditions nécessaires à l’accès aux marchés mondiaux.

Les bénéfices sont aussi de renforcer la crédibilité et le rayonnement scientifique des acteurs du domaine et de capitaliser les connaissances pour préparer le renouvellement des générations en conservant l’attractivité de la filière nucléaire.

Il a démarré en avril 2012 avec un consortium très large :

6 Grands Groupes : EDF, AREVA, ALSTOM, ATOS WORLD GRID, CORYS, RRCN
6 Laboratoires : CEA, INRIA, ENS CACHAN, TELECOM PARIS, CNRS CACHAN, LIG
3 PME : ALLTEC, ESTEREL, PREDICT

Les partenaires ont imaginé ce que sera le contrôle-commande d’une centrale nucléaire en 2030 avec comme ligne directrice « qu’il ne doit plus être simplement centré sur la conduite en salle de commande mais qu’il doit irriguer tous les métiers de l’exploitation » comme l’explique Catherine DEVIC d’EDF R&D, pilote du projet.

De nouvelles interfaces hommes-systèmes ont été imaginées. Pour la salle de commande, elles génèrent des vues synthétiques ou détaillées des procédés en fonction du domaine de l’opérateur en exploitation. En dehors de la salle de commande, la connaissance de l’état du fonctionnement de l’installation est partagée entre les métiers de la conduite et de la maintenance. Sur le terrain, l’information est partageable sur des kiosques numériques: téléphone portable pour un agent de terrain qui fournit le résultat de ses observations, mur d’images pour le centre d’arrêt de tranche. Chaque acteur sera capable de construire dans le contrôle commande son propre schéma de représentation et saura interagir avec les autres équipes.  

Figure 2

Le chantier mobile connecté

Le contrôle-commande saura tirer parti de l’interaction avec objets connectés qu’il s’agisse de capteurs, d’équipements, de locaux, de chantiers… La salle de commande aura une image très proche de la réalité et pourra diagnostiquer des fausses alertes. Localement une multitude de service pourra être proposée aux opérateurs. On verra des chantiers mobiles se connecter. Ces infrastructures éphémères créées le temps des travaux, seront dotées d’un assistant contremaître numérique, capable de tout vérifier: la dose individuelle et collective, la température des locaux, la pression dans la tuyauterie, le suivi du transport de matériel, etc…

Pour planifier et ordonnancer les activités, l’équipe de planificateurs bénéficiera d’un outil de simulation, clone numérique du système réel, calé sur l’état courant de l’usine, capable de faire une analyse de risque et de vérifier de nombreux prérequis. Le simulateur pourra accélérer le temps et provoquer des aléas pour vérifier la robustesse de la planification des activités de conduite. Et si, malgré tout, un fortuit apparaît réellement, le clone numérique permettra de visualiser les conséquences de la perte d’un équipement et de connaître les organes capables d’être manœuvrés.

Grâce à une architecture fonctionnelle modulaire, le contrôle commande sera capable de se rénover en migrant par partie, d’intégrer de nouvelles capacités et de s’adapter aux contextes d’exploitation et aux exigences réglementaires de chaque pays.

Connexion Lab à destination des concepteurs

Connexion Lab à destination des concepteurs

La mise au point du laboratoire Connexion est un des plus belles réussites du projet. Un travail conséquent a permis d’assurer l’interopérabilité réelle entre une trentaine de briques logicielles. Ce laboratoire est un environnement d’entrainement permanent. Les résultats, les algorithmes et les méthodologies sont le résultat de la connaissance et des bonnes pratiques accumulées au cours du temps sur le fonctionnement des systèmes et la surveillance des procédés ».

Cette réussite en appellera d’autres et plusieurs projets sont en réflexion. L’un d’eux est de lancer la démarche Connexsensors. L’idée est de proposer à une quinzaine d’industriels de rejoindre EDF, la DCNS, le CEA et la SIP dans l’utilisation d’un démonstrateur mis au point par le programme Connexion, et plus spécifiquement dans la mise en place de réseaux de capteurs sans fil.

Connexsensors

Pour cela EDF, l’INRIA et Telecom ParisTech cèdent leurs droits à l’AFNeT pour lancer la démarche Connexsensors. A partir de l’utilisation effective du démonstrateur au cours de l’année 2017, l’objectif est d’élaborer un cahier des charges commun pour intéresser des éditeurs qui, en échange de l’expérience acquise que nous mettrions à leur disposition et du potentiel d’achat, offriraient des solutions et un support professionnel conforme à la demande d’un collectif d’industriels.

Cette approche ressemble aux principes retenus par le PLM Implementor Forum animé par l’AFNeT qui permet aux industriels d’exprimer leurs attentes en matière de standards et de fonctionnalités attendues auprès des éditeurs du marché.

Le démonstrateur proposé par ConnexSensors s’appuie sur du code open source, des standards du marché et une sécurité audité par l’ANSI.

Pour plus d’information, vous pouvez contacter catherine.devic@edf.fr ou jean-patrick.carrie@boost-conseil.com

Suivez Nuclear Valley sur les réseaux sociaux