Agenda

<< Oct 2019 >>
lmmjvsd
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
Les pôles de compétitivité

Actualités

Portrait du mois: André Laurent

Posté le : 02/03/2015 dans : Archives Portrait du mois

En 1967, André Laurent fondait la Société du même nom dont l’activité était centrée sur la boulonnerie spéciale.

Il transmet la direction à son fils Jean-Jacques Laurent en 2004. L’entreprise se positionne alors sur l’ingénierie de l’assemblage mécanique. Aujourd’hui,  la PME compte 125 personnes et  affiche 15 M€ de chiffre d’affaire.

vis_emballage_dechets

Vis spéciale pour la fermeture des containers de stockage et de transport des déchets nucléaires

 

La société cultive avec force une position de qualité, en témoignent les certifications: ISO 14001, Qualification EDF UTO en tant que stockiste RCCM en chaudronnerie/tuyauterie et boulonnerie.Pour le nucléaire, les références produites se situent plutôt dans les grandes dimensions : boulons hexagonaux allant jusqu’à M64x250 ou davantage, boulons d’ancrage de structures verticales, goujons de volute (pour la fixation de la pompe primaire), goujons de trous d’inspection, écrous de cuve de réacteur HM60x5.5 etc…

electro-refouleuse

Machine d’électro-refoulage électrique

 La PME a fait le choix gagnant de se baser sur une production entièrement intégrée.

On ne résiste pas à la beauté de la démonstration métallurgique de l’apport en qualité du forgeage à chaud et du filetage par roulage (laminage à froid).                                            

schema_metallurgique

 Les moyens de production sont à la hauteur des exigences de productivité :

  • 5 presses à vis de 100 à 800 tonnes.
  • Chauffage par induction garantissant une parfaite maîtrise des paramètres de forgeage.
  • 1 électro-refouleuse utilisant le chauffage par résistance, qui permet de refouler jusqu’à 20 fois le diamètre initial, étape préalable à la forge.

La pièce forgée passe ensuite en usinage. L’atelier est composé de pas moins de 25 tours CN et 3 centres d’usinages dont 2 palettisés.

L’étape suivante est le filetage par roulage, grâce à des machines dont la puissance va de 30 à 100 tonnes. On y utilise des jeux de molettes selon l’un des 300 profils en stock.

Certaines pièces passent par le taillage (comme les engrenages), d’autres par la rectification.

Les étapes de traitement sont, quant à elles, sous-traitées, que ce soient les traitements thermiques, les traitements de surface ou les traitements mécaniques.

Les opérations de contrôles finaux sont effectués en interne, grâce aux mesures mécaniques (dimensionnelles, état de surface) et des contrôles non destructifs comme la magnétoscopie, le ressuage et les contrôles ultrasons.

Des essais destructifs sont régulièrement menés au sein d’un laboratoire métallurgique.

Une des stratégies de la société porte sur la maîtrise des coûts grâce au Lean manufacturing mis en place au sein de ses ateliers de production. Elle complète son offre par des produits Mid-Cost (son unité de production au Maroc) et Low-Cost (Bureau d’achats en Chine).

 La poursuite de cette action se concrétise par une démarche de robotisation : une unité assurant l’usinage de bout en bout, le marquage et les contrôles en cours ou en fin de production, capable de fournir 500 000 pièces à l’année.

Vis anti-dévissage présentée aux trophées de l'innovation du MIDEST 2014

Vis anti-dévissage nominée aux trophées de l’innovation du MIDEST 2014

Un deuxième axe de développement porte sur l’innovation. « La société souhaite se positionner comme expert en assemblage et non pas seulement en sous-traitant » indique Jean-Jacques Laurent. Un  exemple : le système anti-dévissage sélectionné aux Trophées de l’Innovation du Midest 2014. Ce système est basé sur un contre écrou à pas inversé.

 André Laurent a également développé une vis instrumentée permettant de vérifier en continu ou à fréquence déterminé par l’utilisateur le serrage par mesure de l’allongement induit.

 La PME a participé aussi à des projets d’innovation collaborative tel que MEKINOX qui a permis de sélectionner une nouvelle variété d’acier inoxydable en remplacement du chrome dur, banni de l’industrie.

 Sur le plan commercial, la réflexion n’est pas en reste. Jean-Jaques Laurent a co-fondé le consortium ALTYCE TECHNOLOGIES SAS associant 5 autres PME au sein d’une SAS créée pour l’occasion, afin de répondre au besoin des donneurs d’ordre en terme d’ensembles complets, depuis l’étude et la conception jusqu’à la réalisation et l’installation.

 Grâce à des représentations et installations en Chine, Inde, Maroc … la part à l’export représente le taux élevé de 30% du chiffre d’affaires.

 Au cours des rencontres organisées par le PNB, la société a pu détecter des partenaires commerciaux et/ou industriels implantés en Chine pour construire des alliances adaptées au secteur nucléaire chinois dont elle est convaincue de l’intérêt majeur.

« Le futur de la Société André Laurent s’inscrit dans une vision du marché qui passe par la « mise en réseau » de compétences et d’expertises » conclut Jean-Jacques Laurent.

 

Suivez Nuclear Valley sur les réseaux sociaux