Agenda

<< Juil 2021 >>
lmmjvsd
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1
Les pôles de compétitivité

Actualités

Portrait du mois : Xavier Rochet, dirigeant d’Optique Peter

Posté le : 30/06/2021 dans : Actualités, Portrait du mois, Portrait du mois

Étiquettes : , , ,

Forte de 231 années d’existence, la société Optique Peter est une petite structure familiale spécialisée dans la conception, la fabrication, l’intégration et la maintenance de solutions Optomécaniques personnalisées. Xavier Rochet, Dirigeant de la société, revient sur la forte histoire de cette entreprise. 

  • Nuclear Valley : Pouvez-vous vous présenter ?

Xavier Rochet : Je suis Xavier Rochet, Dirigeant et actionnaire principal de la société Optique Peter. Je suis ingénieur de formation, j’ai un double diplôme d’ingénieur arts et métiers ECAM Lyon et un diplôme de spécialisation en aéronautique. J’ai commencé ma carrière à la SNECMA (SAFRAN) où j’ai intégré une équipe qui travaillait sur la conception du système de régulation d’un nouveau turboréacteur, le M88 qui est le turboréacteur du rafale. J’ai eu la chance durant 4 ans, de participer à son développement. Ensuite, ayant la fibre PME, j’ai rejoint la société Ringeval, qui maintenant fait partie du groupe Fayat, où j’ai été Directeur Technique durant 5 ans. La société fabriquait des matériels de travaux publics et était notamment spécialisée dans des machines de réparation de routes. Cela m’a donné l’occasion d’intégrer un groupe d’un certain nombre de PME dans différents pays. Puis, une fois bien formé, j’ai décidé de reprendre la suite de la société familiale à 34 ans.

  • N V : Quelle est l’histoire d’Optique Peter ?

    C’est une société familiale qui existe depuis 231 ans. A l’origine de celle-ci, un opticien de Lyon fonde « Optique Grégoire » en 1790, un magasin de vente d’optique qui proposait des lunettes, des instruments scientifiques ainsi que des microscopes et des longues-vues. En 1898, mon arrière-grand-père a repris cette affaire. Son gendre, André Rocher, a rejoint la société dans les années 1920 puis son petit-fils Henry, qui est mon père, est arrivé en 1947 et moi en 1994. De ce fait, nous sommes vraiment une société familiale, où chaque génération a pu ajouter sa pierre à l’édifice.

    Optique Peter qui est donc à l’origine était un opticien lunettier, a commencé à évoluer dès les années 1920 dans la fabrication de machines spéciales dont notamment des équipements stéréo laryngoscope qui servaient à faire des images en stéréo du larynx. Puis à partir des années 50 et durant toute la moitié du 20e siècle, mon père a monté un atelier de mécanique en rachetant des machines et outils de surplus de l’armée américaine. Après avoir embauché un mécanicien, il a commencé à concevoir des instruments d’optique autour de la microscopie et du cinéma sur microscope : Il a conçu des caméras de cinéma sur des microscopes en travaillant d’abord localement avec les universités, les hôpitaux et les industries de Lyon.

  • NV : Dans quel secteur d’activité Optique Peter est-elle spécialisée aujourd’hui ?

    Xavier Rochet : Depuis les années 80, mon père s’est spécialisé dans le nucléaire. En effet, à l’époque où le nucléaire était en phase de développement : Tout d’abord Framatome était installé à Lyon et il y avait aussi de gros projets nucléaires autour de Lyon, notamment la centrale du Bugey. Il y avait de ce fait, un besoin important en machines spéciales ainsi qu’en instruments de contrôle. Pour ce faire, mon père a commencé à développer une gamme de caméras à tubes durcies, résistantes aux radiations. Après cela ont suivi un certain nombre d’instruments de contrôle, toujours orientés vers le contrôle non destructif dans les réacteurs nucléaires. Puis début des années 90, certains de ces instruments ont été vendus au CEA pour faire des interventions dans les cellules haute activité. Cela nous a permis de mettre pied dans la réalisation d’instruments scientifiques pour les laboratoires haute activité. Nous avons commencé à faire des microscopes et matériaux pour faire des examens sur des éléments actifs. Le premier d’entre eux a été installé au CEA de Grenoble qui à l’époque avait un réacteur. Puis nous avons créé d’autres instruments pour le CEA de Saclay et le CEA de Cadarache. Petit à petit Optique Peter a basculé son activité en s’orientant plutôt sur un marché de niche, à savoir la fabrication sur-mesure d’instruments scientifiques pour les laboratoires haute activité. Cela représente aujourd’hui 50% de notre activité.

    A côté, nous nous sommes développés sur d’autres marchés de la fabrication d’instruments d’optique à savoir des microscopes pour des applications de recherche aussi bien en matériaux, en biologie ou en spectroscopie. Ici, nous touchons une clientèle de laboratoires et de chercheurs qui ne trouvent pas en standard, les instruments dont ils ont besoin. Pour ce marché, nous intervenons en France, en Europe et dans le monde entier.

    La troisième activité, qui a commencé dans les années 90, concerne des équipements d’imagerie rayon et plus précisément la fabrication de microscopes pour faire de l’imagerie rayons X sur les synchrotrons. Nous avons commencé à travailler pour le synchrotron de Grenoble et de fil en aiguille, cela est devenu depuis 2 ans, l’une de nos activités principales.  Nous sommes aujourd’hui à 90 microscopes fabriqués et vendus dans une vingtaine de pays. Nous travaillons majoritairement à l’export en Chine, aux Etats-Unis, en Russie et en Allemagne.

  • NV : Comment Optique Peter est-elle organisée ?

Xavier Rochet : Optique Peters est une petite structure puisque nous sommes 9 personnes. Nous avons la particularité d’être des « prototypistes », c’est-à-dire que nous intégrons à la fois un bureau d’études, un atelier de fabrication mécanique, un atelier d’optique et l’atelier de fibre optique. Cela nous permet d’être autonomes dans le développement d’instruments. De ce fait, nous sommes sur un marché de réalisation d’instruments à l’unité ou en très petite série tout en essayant d’intégrer dans chaque instrument, notre savoir-faire et acquis au cours de nombreuses années, ce qui fait notre originalité et notre force. Les instruments réalisés doivent répondre à un cahier des charges particulier puisqu’ils vont être utilisés dans des conditions particulières. En effet, ils devront intervenir dans des accès étroits, le plus souvent accessibles par télémanipulateur. Ils peuvent être soumis à du rayonnement X très intense dans les synchrotrons, du rayonnement gamma ou du rayonnement neutronique ou encore du vide ou du froid… De ce fait, nous nous démarquons de par notre expérience à réaliser des instruments d’optique dans des milieux difficiles. Enfin, nous avons une grande activité de maintenance et de formation à nos instruments. Nous avons les habitations afin d’intervenir sur les sites civils et militaires.

  • NV : Pourquoi avez-vous décidé d’adhérer à Nuclear Valley ?

Xavier Rochet : J’ai décidé d’adhérer à Nuclear Valley afin de sortir de notre mode de fonctionnement. En effet, nous sommes connus par certains laboratoires et d’après moi, Nuclear Valley est beaucoup plus orienté sur la partie électronucléaire. Et je pense que l’ensemble de nos compétences sur la machine spéciale à mon avis peuvent intéresser des acteurs du nucléaire. De ce fait, je cherche, grâce à Nuclear Valley à rentrer dans un réseau qui nous permettrait de nous faire connaitre auprès des entreprises françaises ayant des besoins dans le domaine du contrôle de l’instrumentation.

Interview réalisée par Marie BARRÉ – Chargée de communication – Nuclear Valley

Suivez Nuclear Valley sur les réseaux sociaux