Agenda

<< Mai 2021 >>
lmmjvsd
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
Les pôles de compétitivité

Actualités

En collaboration avec Nuclear Valley, EDF partage avec les laboratoires d’essais un nouveau concept basé sur la technologie blockchain

Posté le : 14/04/2021 dans : Actualités

Étiquettes : , ,

Cet atelier s’inscrit dans le cadre d’un programme pluriannuel visant à accompagner lensemble des acteurs industriels de la filière nucléaire dans une démarche damélioration de la maîtrise des fabrications et de la réglementation ainsi que du renforcement des compétences. Ce programme a été lancé fin 2016 et les derniers travaux réalisés dans ce cadre dateliers collaboratifs ont été présentés lors d’une convention nationale à Dijon fin 2018. Depuis, EDF a mandaté Nuclear Valley pour poursuivre ce programme sur l’année 2020 avec un premier volet autour du projet «CryptoLabo». Voici ce qui est ressorti de cet atelier.

La maîtrise des fabrications : un processus contraignant pour les acteurs industriels

photo_traction-EDF

Les essais de caractérisation de matériaux sont cruciaux pour la détermination de la conformité des pièces fabriquées. Dans un passé récent, des irrégularités ont été détectées remettant en cause les résultats de certains de ces essais. Ces irrégularités étaient la conséquence d’actions intentionnelles et dans d’autres cas d’un défaut de maîtrise dans la réalisation de l’essai. Le traitement de ces irrégularités a nécessité un important travail de vérification, d’analyse et de justification allant dans certains cas à refaire des campagnes d’essais voire à re-fabriquer une pièce. Ce processus coûteux en temps et en argent a touché de nombreux acteurs de la supply chain et tout particulièrement EDF. Des mesures palliatives ont été mises en place telles que des exigences additionnelles et des surveillances renforcées qui par nature impactent le fonctionnement quotidien des laboratoires mais restent nécessaires compte tenu des pertes de confiance consécutives aux irrégularités.

 

La solution CrytoLabo par EDF

Blockchain_EDFEDF a de ce fait lancé en interne une réflexion sur le moyen de sécuriser la réalisation des essais en utilisant des technologies récentes. L’approche qui a été retenue consiste à capter les données d’essais (données brutes, données sur les conditions de réalisation, résultats) de façon aussi proche que possible de leur production, de les authentifier avec un mécanisme de blockchain et de les archiver. La blockchain met en œuvre des techniques cryptographiques qui rendent les données inaltérables.

Le concept désigné sous le nom de «CryptoLabo» a été développé par EDF en s’appuyant notamment sur les équipes R&D du groupe et a testé à l’état de prototype dans les laboratoires internes d’EDF puis de Framatome. Avant d’engager la phase d’industrialisation, EDF a souhaité associer les laboratoires réalisant ces essais de caractérisation qui seront des utilisateurs clés lors du déploiement d’une telle solution.

L’objectif est d’avoir leur retour sur la façon d’intégrer ce concept dans le fonctionnement opérationnel de leurs laboratoires, de rechercher les conditions nécessaires et les modalités de mise en œuvre et d’initier la construction d’une feuille de route pour l’industrialisation du concept.

 

Un atelier collaboratif avec des Laboratoires de la filière nucléaire

Atelier_EDF_et_NVEDF a confié à Nuclear Valley la mission dorganiser et d’animer un atelier collaboratif avec des laboratoires de la filière nucléaire. Le pôle de compétitivité s’est appuyé sur ses membres pour bâtir un panel représentatif d’une douzaine de laboratoires qu’ils soient prestataires indépendants, laboratoires intégrés à un fabricant ou centres de recherche. Nuclear Valley est ici en plein dans son rôle d’accompagnement de ses adhérents et plus largement de la filière nucléaire en contribuant à l’émergence de solutions innovantes et compétitives. En étant au cœur du tissu industriel nucléaire et fort de sa neutralité d’intérêt, Nuclear Valley dispose d’une légitimé naturelle pour animer et faciliter de telles actions collaboratives.

Initialement prévu sur 3 sessions d’une journée, l’atelier a été confronté au 1er confinement lié à la Covid en Avril 2020. Nuclear Valley a fait le choix de démarrer l’atelier en utilisant une plateforme web dédiée aux activités collaboratives à distance. Le format de l’atelier a également été adapté avec des séances courtes et du travail en sous-groupe. Cette solution a permis de lancer le travail sans attendre l’allègement des contraintes sanitaires. Par la suite, deux sessions ont pu être réalisées à Lyon en Juillet et début octobre dans des espaces respectant les règles sanitaires en vigueur.

Les participants ont commencé par identifier les leviers qui pouvaient les conduire à adopter CryptoLabo ainsi que les freins qui s’y opposaient. En approfondissant les aspects bloquants, les participants ont fait émerger des points d’appuis pour construire des solutions à ces difficultés. Ces échanges ont porté sur les interfaces techniques et la prise en compte des différents types d’essais, la protection et la confidentialité des données, le besoin d’un cadre contractuel, l’incidence sur la responsabilité du laboratoire, l’intégration dans l’environnement et sécurité informatique ou encore les coûts d’investissement et de production. Plus spécifiquement, il a été abordé :

            – Le besoin de protection des données peut être adressé par la gestion des droits d’accès,

            – L’utilisation de standards informatiques reconnus pour sécuriser les transmissions de données,

            – La mise en place d’un cadre contractuel élargi et contraignant,

            – La classification des données suivant leur sensibilité.

Dans un second temps, le groupe a travaillé sur la création de valeur en recherchant, pour différents profils d’utilisateurs, les bénéfices que pourraient apporter CryptoLabo. Les utilisateurs identifiés sont les laboratoires réalisant les essais, les sous-traitants clients directs des laboratoires, les grands donneurs d’ordre en tête de la chaîne de sous-traitance et les autorités de contrôles et tierces parties. Le groupe a convenu que CryptoLabo répond, par la technologie utilisée, à l’objectif premier qui est de fiabiliser les essais et concoure donc à recréer de la confiance au sein de cet écosystème. Le groupe a également mis en évidence l’impact positif que CryptoLabo pouvaient avoir en repensant certaines activités comme les inspections, en offrant de nouvelles fonctions telles des banques de données, de l’archivage ou en procurant aux laboratoires un avantage compétitif sur le marché.

Avant de conclure l’atelier par une dernière réflexion sur la proposition de valeur et les conditions de succès, le groupe a échangé avec les experts EDF impliqués dans le développement de CryptoLabo. Ces échanges ont permis d’affiner la compréhension des laboratoires sur les solutions techniques proposées par CryptoLabo et celle d’EDF sur les contraintes opérationnelles qui entourent le fonctionnement des laboratoires. Le dialogue qui a été initié, adressant à la fois la technologie et le métier, doit maintenant être poursuivi.

Au terme de cet atelier animé par Nuclear Valley, EDF dispose de nombreux éléments partagés avec les laboratoires qui vont pouvoir nourrir le développement du produit et son industrialisation en vue d’un futur déploiement au niveau de la filière nucléaire. Il appartient maintenant à EDF de décider d’engager la phase d’industrialisation en toute connaissance de cause et conscient des attentes et besoins des laboratoires. EDF devra trouver le cadre adapté pour conduire ce projet et pourra compter sur les laboratoires ayant participé à cet atelier pour devenir des partenaires de ce développement.

Suivez Nuclear Valley sur les réseaux sociaux